Région Lyonnaise
06 - 58 - 50 - 95 - 39
musicrogz@gmail.com

[ARTICLE] Métronome, le tempo régulier

Pour un monde en Musique

[ARTICLE] Métronome, le tempo régulier


Cet objet est particulièrement important pour les musiciens. C’est un outil permettant de donner un signal sonore audible et/ou visuel permettant d’indiquer le tempo avec précision. Il est utilisé principalement en compagnie des feuilles de partitions pour jouer ces dernières dans les temps convenus.L’Histoire du métronome est assez récente comparée à la Grande Histoire de la Musique puisqu’il apparaît, en Occident du moins, qu’en 1696 grâce aux principes appliqués par le théoricien musical Français Etienne Loulié.

Il créé le chronomètres de Loulié, le précurseur du métronome, se basant sur le principe qu’un fil lesté se balance sur des mouvements dont la durée ne dépend pas de l’amplitude du mouvement, il remarque que les oscillations dépendent de la longueur du fil : plus court= plus rapide, et plus long = plus lent. C’est ainsi qu’après plusieurs tests, il met au point un métronome gradué de deux mètres de haut, surement pas pratique, mais équipé d’un fil qui se balançait, et permettait d’indiquer les battements de tempo lorsque le fil était précisément à la verticale. Le gros problème de cet outil précurseur était le fait qu’il ‘était silencieux, et donc il fallait garder un œil sur les mouvements du fil.

Schéma d’un métronome classique [Source]

Il faut attendre 1812 et l’invention du Hollandais Dietrich Nikolauss Winkel, horloger qui créa le premier métronome fonctionnel tel que nous le connaissons. Ce système de métronome à pulsations audibles est cependant breveté par l’Allemand Johann Nepomuk Mælzel en 1816. Le principe est plus complexe que celui du Français. Le métronome de Winkel est constitué d’un mouvement d’horlogerie à échappement muni d’un balancier gradué, dont les battements déterminent des durées égales (qui symboliseront les temps du tempo).

Un contrepoids fixé sur le balancier, mais pouvant être déplacé, permet de régler à sa guise la rapidité ou la lenteur des battements, et donc des temps marqués par l’outil. Pour donner un exemple, si le contrepoids est placé sur la ligne du chiffre 100, il marquera 100 battements par minutes, donc un rythme de 104 BPM. Si il est sur la ligne du chiffre 60, il marquera 60 battements par minutes, donc un rythme de 60 BPM.

Ce système de métronome physique est cependant peu à peu remplacé par les métronomes électroniques, inventés durant le seconde moitié du XXème siècle dont un très grand nombre de modèles, du plus sophistiqué au plus basique se disputent les parts de marchés. Ils sont généralement plus précis, moins encombrants, plus fiables que les métronomes mécaniques, bien qu’ayant beaucoup moins de charmes que ces derniers. Depuis l’apparitions des Smartphones, des applications spécialement conçues pour jouer le rôle de métronome, commencent peu à peu à se vulgariser et pourraient remplacer ces mêmes métronomes électroniques.

Dans leurs usages, les métronomes jouent les mêmes rôles : Indiquer le tempo, et il n’est que question de préférence et de choix personnel quant à leurs achats.

Musicalement, Studio ROGZ.

  • Sources: 

Image de couverture: https://pixabay.com/fr/m%C3%A9tronome-black-blanc-musique-2947940/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.