Région Lyonnaise
06 - 58 - 50 - 95 - 39
musicrogz@gmail.com

[ARTICLE] Musique sous Presse, pressée de diffuser?

Pour un monde en Musique

[ARTICLE] Musique sous Presse, pressée de diffuser?


Les progrès techniques ont toujours accompagnés la vie de l’Homme dans de nombreux domaines, la musique n’y échappe pas non plus. La Musique a été codée, et une œuvre pouvait être reproduite sur papier. Bien entendu pendant plusieurs siècles, la musique a été copiée à la main sous forme d’ouvrages précieux ou même de simples feuilles de papier (qui à l’époque reste une ressource chère). Les personnes chargées de copier et donc de transmettre par écrit s’appelaient des « copistes ». Ils étaient de véritables professionnels au service des Cours ou de l’Eglise. Absolument tout était précieux, le travail minutieux et colossal, et les parchemins ou papiers de qualité hors de prix. C’est ce coût formidable qui empêcha les manuscrits musicaux de sortir facilement des édifices religieux ou seigneuriaux, ce qui conféra à ces œuvres un caractère très net d’exclusivité, et le peuple pouvait rarement avoir la chance de voir de la musique écrite.

Il va falloir attendre 1454 avec Gutenberg pour que naisse l’impression en Occident. Le principe déjà connu des Chinois depuis très longtemps a été remit à jour et amélioré pendant plusieurs années après Gutenberg. A partir de la fin du XVème siècle, la musique fut imprimée au moyen de blocs de bois durs dans lesquels étaient sculpté puis encrés les caractères et figures des notes. Cette méthode évitait une grande partie de la reproduction manuscrite, mais restait cependant lente et inadaptée aux notes à tête blanche en losange utilisées pour la polyphonie (plusieurs voix).

Il faut remercier Ottaviano Petrucci (1466 – 1539) qui mit au point en 1501 une nouvelle technique à partir de caractères en métal cette fois ci, finement formés. Une véritable révolution au niveau de la reproduction musicale vu le jour. Les pages de papiers ont du être margées plusieurs fois pour imprimer les portées, ensuite les notes et enfin le texte. Cette méthode permettait d’obtenir des impressions très lisibles et élégantes, chose très compliquée à l’époque. Cependant, la méthode restait coûteuse, même si elle était plus rapide que celle de Gutenberg, le nombre de copies était limité.

Représentation d’une Imprimerie Ancienne [Source]

Dans les années 1520, Pierre Attaingnant (1494 – 1551), un imprimeur à Paris, permit d’imprimer la musique avec des caractères mobiles en un seul passage grâce à la mise au point d’une nouvelle méthode d’impression. C’est depuis cette innovation que les recueils de musique devenaient intéressants à produire en masse, et devenant commercialement viables, ils allaient commencer à se démocratiser largement plus qu’auparavant.

La musique alors presque exclusivement réservée à l’Eglise et aux grands seigneurs est alors devenue capable d’être exportée vers les musiciens amateurs qui purent aussi apprendre les bases des théories musicales de l’époque. Dans les années 1500, on assiste à un véritable boom d’impression, pour les livres en général, mais aussi pour les œuvres musicales. Les genres musicaux tels que les motets, chansons et pièces instrumentales qui plaisaient beaucoup s’en trouvèrent transformés de fait de leur rapprochement absolu entre le texte et la musique sur la page. Cette condition stimula la notion de musique au service de la compréhension, allait donner par exemple la création de l’opéra mais aussi et plus important encore, accélérer les échanges entre les styles musicaux grâce à leurs diffusion rapide sans oublier apporter la gloire aux compositeurs Occidentaux puisque leurs œuvres seront partagées plus facilement.

Aujourd’hui encore, la musique est « imprimée », enfin, plutôt gravée, bien que les supports physiques tendent à disparaître, les CD, Vinyles sont un exemple de musique gravée, les techniques ont évoluées, les supports ont changés, mais les principes restent relativement les même. Aujourd’hui nous sommes en pleine période de la musique numérisée, mais nous devons beaucoup à cette progression dans le domaine de l’imprimerie, c’est ce qui a permit d’accélérer grandement le partage musical, et qui avec la diffusion sur Internet, et la radio a considérablement changé le rapport entre l’Homme et la Musique.

Musicalement, Studio ROGZ.

  • Sources:

Image de couverture: http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/documentation/?s=46&

LIVRE: Histoire Illustrée de la Musique, édition Gründ.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.