Compression Parallèle

Moteur de Recherche Studio ROGZ
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Technique de référence dans le monde du Mixage et Mastering, la Compression Parallèle présente plusieurs avantages. Ce terme de « Compression Parallèle » est accrédité à Bob Katz, un ingénieur du son Américain, également à l’origine du très utile « K-system« .

L’Histoire de la Compression Parallèle remonte dans le milieu/fin des années 70 dans plusieurs studio d’enregistrement de New York, d’où les différentes appellations tels que « New York Compression » ou encore « NY Compression ».

Le Principe de la compression parallèle est simple:

  • Il suffit de choisir une piste ou un bus
  • Puis de dupliquer cette piste, pour en obtenir 2 identiques.
  • Le deuxième signal reçoit une application d’une compression affectant la tonalité (et non juste les crêtes).
  • Vient ensuite le mixage des deux pistes

Cependant, certains plugs-ins de compresseur possèdent une fonction « Mix » ou « Bend« , permettant de mélanger le signal originel du signal dupliqué sans devoir créer soi-même une duplication de piste. La compression parallèle permet de conserver la piste originelle, avec l’intégralité de ses transitoires et son attaque. La piste compressée quant à elle, fait ressortir les sons les moins forts, ce qui permet de gagner en corps et en puissance, tout en limitant la perte de dynamique sonore, puisque les deux pistes sont mélangées.

Avec une compression classique, les crêtes sont atténuées et la dynamique du signal est réduite. Le gros avantage de la compression parallèle est qu’après le mixage de la piste non compressée (gardant sa dynamique) et de la piste compressée (avec perte des crêtes) est que le volume reste relevé, tout en ayant une dynamique plus agréable à l’oreille qu’une compression classique.

La compression parallèle présente aussi un fort intérêt pour le mastering: c’est le meilleur moment où l’adopter pour une meilleur cohésion du mixage. Pour ce qui concerne la batterie, elle reste aussi très efficace sur tout type de percussions dont elle permet de garder l’attaque et la puissance. Mais elle reste applicable partout, pour le chant, la basse ou encore le piano. Elle permet d’augmenter le sustain de ces instruments. Mais attention à toutefois à ne pas en abuser au risque de dénaturer l’oeuvre musicale.

Pour le cadre de la voix, lorsque la compression parallèle est appliquée sur cette dernière, elle aide à l’intelligibilité des paroles tout en soulevant les syllabes les plus faibles. La basse quant à elle gagne en sustain comme dit précédemment sans sacrifier le groove du bassiste.

Pour rentrer plus en détail dans le sujet, les réglages intéressants pour la compression parallèle sont identiques selon les différents séquenceurs. Ici, il ne s’agit pas d’une compression artistique. Le signal sera très compressé, et joué seul, plutôt désagréable à l’oreille. En rappelant bien que chaque réglage présenté ici n’est qu’une illustration, une base, et est par conséquent adaptable aux goûts de chacun à chaque texture sonore recherchée.


Réglages de base:

  • Fixer un seuil/treshold très bas pour que la quasi totalité du morceau soit compressée. Un seuil trop haut n’agira que sur les crêtes, la compression sera donc bien moins efficace puisque nous recherchons une compression écrasante, à la limite du raisonnable.
  • En ce quoi concerne l’attaque: La recherche d’une attaque la plus radie possible, pour écraser également les transitoires, toujours à la limite du raisonnable. Il suffira ensuite de jouer avec la valeur d’attaque selon ses goûts et ce qui est recherché.
  • Release: Pour bien commencer, fixer la valeur du Release à une moyenne de plus ou moins 300ms et ajuster vers le bas selon le son recherché. Attention, si le temps de release est trop rapide, la compression pourrait paraître trop évidente, ce qui gâchera le naturel du son.
  • Ratio: c’est le paramètre qui peut être régler de façon plus souple et vraiment plus selon la texture audio à rechercher. Pour un son plutôt naturel, un rapport de 1,5:1 à 2,5:1 est une bonne base. Toutefois, un ratio plus élevé aura un rendu plus agressif, mais aussi plus difficile à maîtriser.

Après avoir effectuer les réglages, et ajuster certaines modifications à sa guise. Il faut ensuite mixer les deux pistes ensembles. La piste compressée doit soutenir la piste originelle et non l’inverse.

Afin de mieux illustrer la compression parallèle, une petite démo vidéo issue de la chaîne YouTube d’Art Kenrick est disponible ici.

Musicalement, Studio ROGZ.


  • Sources:

Image de couverture: https://www.uaudio.fr/uad-plugins/mastering/shadow-hills-mastering-compressor.html

Blog: Projet Home Studio 

Blog: Attack Magazine.

https://www.soundandrecording.de/stories/mastering-die-skalen-des-k-systems/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Compresseur_(audio)

https://fr.audiofanzine.com/prise-de-son-mixage/editorial/dossiers/la-compression-parallele.html

Bonus

Si tu t’intéresses à la Musique, tu apprécieras notre outil gratuit ! Imagine un moteur de recherche permettant de trouver les soirées et concerts selon tes goûts et tes besoins?

Tu n’as même pas besoin de te soucier du côté logistique.

Les événements gratuits, avec coin fumeur, vestiaire, open air, qui conviennent aux enfants.. ?

Ne perds plus de temps pour sortir.

Commentaires

mood_bad
  • Aucun commentaire
  • chat
    Ajouter un commentaire