Les Tambours

Moteur de Recherche Studio ROGZ
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

Aujourd’hui Studio ROGZ te présente les tambours. Découvre cet univers particulièrement grand que représentent ces instruments de Percussions. Alors, sans plus attendre, commençons.

Présentation

Tambour chamanique rituel

Le terme de tambour regroupe un vaste panel d’instruments de Musique différents, mais ayant tout de même certains points communs évidents. 

Le terme de tambour désigne donc des instruments de la famille des Percussions ayant, pour la plupart du temps,la particularité d’être des membranophones constitués d’un fût sur laquelle une peau est tendue. 

Les matériaux, formes et modes de jeux diffèrent selon les tambours, les époques où même les aires géographiques.

Quoiqu’il en soit, c’est en frappant ou en frictionnant cette membrane que des vibrations sont produites puis amplifiées par la caisse de résonance. Assez basique dans leur fonctionnement et leur fabrication, les tambours ont eu de tous temps des rôles importants. 

En effet, ils sont utilisés pour marquer les rythmes, à servir à des fins cérémoniales ou encore dans le passé à donner des ordres sur les champs de batailles.

De plus, dans l’Histoire de la Musique, ils figurent parmi les premiers instruments de Musique. Ainsi, on les retrouve dans toutes les cultures à travers la Musique du Monde

Kazoo

[Source Photo]

Déjà connus des Égyptiens aux alentours de 6000 ans avant notre ère, ils se retrouvent encore de nos jours dans la Musique Péruvienne, en passant par la Musique Hongroise ou encore Irakienne jusqu’à la Musique Polynésienne. 

Attention toutefois quant au terme de tambour souvent associé à tous les instruments membranophones, ce n’est pas forcément vrai. 

Ainsi, nous pouvons prendre pour exemple le cas du Kazoo. En effet ce dernier est à la fois un aérophones et un membranophone.

Classification des Tambours

Comme dit au début, l’Univers des Tambours est très vaste, il faut donc les classifier pour mieux se retrouver mais l’entreprise ne reste pas aisée. Mais toutefois, quelques pistes peuvent permettre de mieux appréhender cet Univers.

Tambour à fente

Manguaré, tambour à fente Péruvien

Manguaré, tambour à fente Africain.

Les tambours à fente ne sont pas des membranophones mais des instruments de percussion idiophones

On les appelle aussi tambours en bois, parfois gongs à fentes. En effet, ils sont constitués à partir de large tronc d’arbres évidés. Ils sont présents surtout en dehors d’Europe, dans les Musiques d’Asie, d’Amérique, d’Afrique et d’Océanie. 

Ils ont aussi une vocation plus rituelle que musicale. De plus, ils peuvent également servir à la communication à longue distance, comme le cas du Manguaré en Amazonie.

Tambour d'acier

Tambour de la culture Dong Son

Tambour de la culture Dong Son

On appelle aussi les tambours d’acier steel drum. Comme le nom semble indiquer une évidence, les tambours d’acier sont simplement des tambours en métal. 

Mais quelques subtilités sont à préciser. Le terme de Steel drum a tendance à désigner un tambour en métal originaire de Trinidad et Tobago. Aussi, l’appellation de Tambour d’acier désigne l’ensemble des tambours réalisés en métal. 

Leur réalisation est très coûteuse et complexe, ce qui limite le nombre d’instruments à travers l’Histoire. Mais les tambours en bronze de la culture Dong Son du Vietnam symbolise le mieux le travail des métallurgies artisanales. 

Tambour Tonneau

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les tambours tonneaux ne sont pas spécifiquement fabriqués à partir de tonneaux. Mais leur forme est à peu près similaire. 

Ainsi, par tambours tonneaux, on désigne les tambours qui ont un centre plus large que leurs extrémités (exemple : Conga). Ils peuvent aussi  posséder deux membranes (Kendang).  

Tambour Sablier

Tzusumi, tambour Sablier

Tsuzumi, tambour sablier Japonais.

Ici, l’appellation est très parlante. En effet, les tambours sabliers sont simplement des tambours en forme de sablier.  

Une autre appellation désigne les tambours sabliers : celle de tambour parlant .Ce terme  est plus sobrement remplacé par « tambour à tension variable » en Organologie.

 En effet, les tambours sabliers ingèrent un mécanisme (généralement un système de laçage) permettant de modifier la hauteur des timbres générés par l’instrument

Ainsi, le joueur peut imiter certains langages en jouant sur les mécanismes. Ce type de tambour se trouve principalement en Asie et en Afrique Subsaharienne. 

Parmi les tambours sabliers nous pouvons citer le Damaru dans la Musique Népalaise ou encore l’Ōtsuzumi au Japon.

Tambour Conique

Tambour traditionnel du Congo

Un tambour conique est assez similaire au tambour tonneau. 

En effet, à l’instar des tambours tonneaux, les tambours coniques peuvent avoir deux faces, donc deux membranes

La plus grande différence entre les deux réside dans leurs formes. Les tambours coniques sont tout simplement en forme de cône. 

Ils sont généralement présents dans les Musiques Africaines. 

Ainsi, nous pouvons citer les tambours traditionnels présents en Afrique Centrale.

Tambour Hémisphérique

Tabla Indienne

Tabla, paire de tambour Indienne.

Un tambour hémisphérique est un type de tambour dont le fût est une demi-sphère. 

On rencontre les tambours hémisphériques principalement dans le Monde Arabo-musulman. 

Ainsi, du Maghreb à l’Indonésie, en passant par l’Inde et le Moyen-Orient. 

Ils peuvent être seuls comme le Tamak de la Musique Indienne, ou groupés comme les Nacaires de la Musique Irakienne.

Tambour sur Pied

Le terme de tambour sur pied désigne un type de tambour intégrant un piédestal mais pas une catégorie à part entière.

Cela dit, les tambours sur pied sont généralement des tambours de grandes tailles et sont assez souvent décorés. Le terme de tambour sur pied peut aussi désigner un accessoire servant de support pour des tambours de plus petite taille. 

Parmi les tambours sur pied remarquables, nous pouvons parler brièvement du Pahu de la Musique Polynésienne ou de certains tambours traditionnels Africain

Tambour sur Cadre

Un tambour sur cadre est très facilement reconnaissable des autres membranophones. En effet,  il est plus large que profond. 

Pour plus de précision, un tambour sur cadre est simplement un cadre fin, généralement rond, sur lequel une peau est fixée. 

Il arrive assez fréquemment que les tambours sur cadre présentent des cymbalettes ou des sonnailles intégrées. 

Les exemples les plus frappants sont le Daf, le Riqq ou encore le Tambourin

Tambour à friction

Cuica, tambour à friction

Les tambours à frictions diffèrent des autres tambours. 

En effet, ce n’est pas une frappe qui provoque des vibrations, mais la friction exercée par le musicien sur une tige ou d’une corde traversant  cette membrane

Cette famille de tambours est très riche n’est pourtant pas des plus communes. 

Les tambours à friction sont plutôt réservés à des fins cérémoniales et religieuses plutôt qu’à une utilisation strictement musicale. 

Mais certains d’entre eux comme la Cuíca s’utilisent lors de festivités.

Tambour Cylindrique

Grosse Caisse moderne

grosse caisse, plus gros tambour cylindrique de la batterie.

C’est la forme la plus élémentaire de tambour.

 On le réalise à partir d’un fût en plus ou moins long en forme de cylindre. 

 Il peut être frappé soit à la main, soit à l’aide de baguettes ou de mailloches. 

La grosse caisse est le type de tambour cylindrique le plus frappant. Mais ce n’est pas le seul. En effet, nous pouvons rapidement évoquer le Surdo ou encore les Toms de la batterie.

Tambour d'eau

Tambour d'eau Africain

tambour d'eau, instrument de percussion idiophone typique d'Afrique.

Un tambour d’eau est un type d’instrument assez inhabituel en Occident. En effet, les tambours à eau se trouvent surtout en Afrique de l’Ouest, en Amérique et en Nouvelle Guinée.

Ils utilisent l’eau pour produire des sons. Ils sont différents d’une région à l’autre, mais généralement, on réalise un tambour d’eau à l’aide de deux calebasse, dont une plus grande que l’autre. 

La plus grande calebasse sert de récipient pour l’eau et accueille une plus petite calebasse sur laquelle le joueur frappe à l’aide de ses mains ou de baguettes. 

Les tambours d’eau ont plutôt une utilisation marginale puisqu’ils servent surtout à des fins cérémoniales. De plus, ce sont des idiophones.

Les Matériaux

Nous avons terminé notre petit tour des différents types de tambours. Mais la diversification de ces instruments n’en n’est pas terminée pour autant. En effet, le choix des matériaux permet également d’opérer une certaine classification parmi ceux-ci. Donc, sans plus attendre, voyons les matériaux les plus utilisés pour ces instruments.

C’est un matériau traditionnel pour la réalisation de ces instruments. Un grand nombre de choix d’essence est utilisé pour la confection des fûts ou le cadre des tambours. 

Ces derniers sont généralement des espèces d’arbres locales. Certains modèles sont même construits à même le tronc comme dit précédemment dans le cas des tambours à fente. 

Les tambours traditionnels comme le Djembé sont eux aussi réalisés dans un tronc évidés. 

D’autres comme les tambours sur cadre à l’instar du Bodhrán ou le Bendir, sont réalisés par collage de différentes pièces de bois travaillées. De nos jours, il n’est pas rare de voir le métal remplacer les parties en bois.

Le métal est également un matériau de choix pour la constitution des fûts. Il permet d’être plus léger que me bois et peut être usiné en plus grandes quantités. 

C’est un matériau, notamment avec l’aluminium, qu’on retrouve sur les Darboukas modernes, les Surdos ou encore les différents tambours présents sur les batteries modernes. 

Le métal peut aussi être le seul matériau pour l’entièreté du tambour. Ainsi, comme dit précédemment pour les tambours d’Acier de la culture Dong Son, à l’instar des tambours Moko réalisés en bronze présents en Asie du Sud-Est.

Céramique

La céramique est un matériau un peu plus rare mais également utilisé pour la confection des fûts de divers tambours. 

C’est peut être d’ailleurs le plus ancien matériau utilisé pour leur réalisation. En effet, des tambours en céramique datant du néolithique ont été retrouvés en Europe de l’Est. 

De nos jours, les tambours en céramique sont plutôt rares, largement supplantés par les matières synthétiques et le métal. 

Mais nous pouvons citer les Naqqaras ou les Doumbek  traditionnels réalisés en terre cuite ou en céramique.

Les matériaux traditionnels comme les lianes, boyaux, tendons, ou encore cordes naturelles sont très importants dans le système de maintien de la peau ou de son accordage. 

De nos jours, ces matériaux sont souvent remplacés par des cordes en matières synthétiques mais pour autant, dans la confection d’instruments de manière traditionnelle, les boyaux ou cordes naturelles sont encore bien représentés.

Ainsi, pour te donner quelques pistes, les Djembés, Bougarabous ou encore les Bombos utilisent ce genre de matériaux.

Les peaux sont d’une très grandes importance pour la réalisation d’un tambour membranophone.

En effet, c’est la partie sur laquelle le percussionniste viendra frapper. Elle se doit d’être solide bien traitée.Traditionnellement, on utilise de la peau animale pour réaliser la membrane d’un tambour.

Ainsi, chèvres, vaches, agneaux ou même reptiles et poissons y passent. Mais de nos jours, les peaux modernes n’ont plus rien de naturelles et son réalisées à partir de matière synthétiques.

Le Mode de fixation

Ainsi, nous avons terminé l’énumération des principaux matériaux permettant la réalisation d’un tambour. Mais il faut aussi savoir que le mode de fixation diffère d’une culture à l’autre ou même selon les périodes. Donc Studio ROGZ te présente les différents modes de fixations de la partie la plus importante du tambour: la membrane.

Système à clous

Système fixation membrane avec clou

Système à boutons

Membrane collée

Système de membrane collée

Système à cordes

Fixations à vis

Système à vis

Système à collier

Système à collier

Le Mode de Jeu

Enfin, le mode de jeu est un élément à prendre en compte. En effet, on ne joue pas de la même manière sur un Djembé ou avec une grosse caisse. Ainsi, on dénombre trois grands types de jeu. 

En ce qui concerne les baguettes et les mailloches, les matériaux peuvent varier. En ce qui les concerne, Studio ROGZ te conseille un petit article du site Batteurpro.com pour en apprendre davantage sur le sujet.

Mains nues

Baguettes

Mailloches

Mailloche

Sources:

Commentaires

mood_bad
  • Aucun commentaire
  • chat
    Ajouter un commentaire
    %d blogueurs aiment cette page :